2013 PHOTOCLUBBING#7
mois palaisien de la photo
Colette Sérougne - Maisons à voir

Qu'a-t-il donc de si particulier, ce petit coin de banlieue qui s'étend sur les communes de Palaiseau, Villebon et Orsay ? Ce doit être cette densité à peu près homogène de maisons toutes différentes. On dirait un jeu: chaque famille aurait reçu un lopin de terre à mettre en valeur selon son goût. La maison raconte les rêves de ses habitants. Il y a les modestes à qui la simplicité convient, les artistes qui créent de nouveaux espaces, les classiques chics qui choisissent des demeures aux volumes bien équilibrés, les délirants qui aiment les formes compliquées. Il y a les nostalgiques du passé qui veulent conserver toutes ses traces. Les maisons ont un visage. Elles expriment quelque chose. Certaines dégagent une tristesse infinie tandis que d'autres sont joyeuses. Certaines ont un aspect sévère, d'autres voudraient ressembler à des châteaux. Il y en a qui ont de la classe, du style tandis que d'autres se contentent de peu et restent modestes. Maisons de poupées, maisons de contes de fées, maisons d'architectes, de maçons, de bric et de broc, il y a tout cela près de chez moi. Il y a aussi les jardins, qui vous charment dès les premiers jours de printemps. La fête commence par du jaune avec les forsythias que l'on trouve toutes les 3 maisons. Le rose se répand ensuite, localisé dans certaines rues plantées de prunus. Lorsque les cerisiers sont en fleurs, le blanc éclate un peu partout. Jardins potagers, bien rangés, jardins paysagés, très soignés, jardins sauvages, abandonnés. J'ai arpenté mon quartier, l'appareil photo en bandoulière. J'ai pu photographier tranquillement les maisons qui me disaient quelque chose. Un peu trop tranquille, ce quartier. Sauf en fin de semaine où les rues s'animent. Les gens se croisent, se parlent entre voisins. Ils semblent heureux d'habiter ici.

Colette Sérougne Toute petite déjà, elle passe des heures magiques avec son père qui développe ses films noir et blanc dans une petite pièce aménagée au grenier. Plus tard, premier appareil, un brownie flash, mais beaucoup de déceptions. Les résultats étaient rarement à la hauteur des intentions premières. Avec de nouveaux appareils, elle passe à la couleur. L'oeil s'affine. Les techniques photographiques ont accompagné son travail de scientifique. Un collègue l'initie aux techniques du laboratoire noir et blanc. Elle se lance alors dans la reproduction de très nombreux négatifs anciens laissés par ses parents, dont certains du début du XXème siècle !
Les appareils numériques arrivent entre-temps. Une première adhésion dans un club photo puis ensuite au photo-club de la MJC de Palaiseau qui lui permet de progresser perceptiblement. Une première année qui lui fait découvrir les nombreux défauts de ses photos, une deuxième pour commencer à travailler plus efficacement. Une troisième pour apprécier les progrès et mesurer l'étendue des manques. Pendant ces 3 années, elle a reçu les conseils des animateurs du club et l'amitié de nombreux photoclubbers et clubbeuses, amplifiés par les encouragements et l'enthousiasme permanents de son mari artiste Guy Vacheret qui pratiquait intensément la photographie depuis une douzaine d'années, en publiant une photo chaque jour sur son site. C'était un bonheur quotidien. Ensemble, ils se promenaient, prenaient des photos et les partageaient le soir venu, une fois rentrés dans leur maison…à voir.

photos couleurs
Dates: 8 janvier au 3 février 2013
Lieu: Espace 181
Rencontre avec l’artiste: samedi 12 janvier 2013 à 15h
Consultez la rubrique « Infos Pratiques » pour les horaires et plan d'accès.